Inscription à la newsletter.Restons en contact


Recherche

Responsabilité sociétale des entreprises

RSE et développement durable : Le réseau des journalistes en environnement prêt à accompagner la Sonatel

Convention SGO/Communes de Khossanto et de Sabodala : 600 millions FCFA pour des infrastructures

RSE Réparation du préjudice causé par le 3e tronçon Diamniadio-Aibd : Le village de Yam bénéficie d’une école et des moulins

Mamadou Talla préconise une connexion formation-secteurs prioritaires

Industries extractives: atelier sur la responsabilité sociétale des entreprises, lundi


Senegal -Revue de presse- 13/10/2014- Le procès de Karim Wade tient la vedette



Dakar, 14 oct (APS) – Plusieurs journaux se sont surtout intéressés aux déclarations de la notaire Patricia Lake Diop devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), lors de la reprise du procès de Karim Wade et de ses coaccusés.

Les magistrats de la CREI se sont évertués lundi à faire la lumière sur les conditions de la création de la société AHS. Ils voulaient aussi savoir à qui elle appartient, selon les comptes rendus faits par les quotidiens.

"Les avocats de Karim Wade, qui (…) affirment que leur client n’est nullement impliqué dans la création de la société AHS, ont reçu une véritable douche froide lors de l’audition de Me Patricia Lake Diop", rapporte Sud Quotidien.

"Douche froide" dans la mesure où il est possible d’affirmer, sur la base des témoignages de la notaire, que cette société a été créée par l’ancien ministre Karim Wade.

Mais dans ses propos rapportés par Le Populaire, la notaire se montre nuancée quant à l’appartenance d’AHS - et d’autres sociétés évoquées par la CREI - à l’ancien ministre : "Je ne peux pas confirmer que ces sociétés appartiennent à Karim Wade, mais c’est lui qui m’a recommandé des personnes pour les créer."

Le Quotidien évoque "les actes discordants de la notaire", en raison du clair-obscur des déclarations de Patricia Lake Diop.

Il reproduit les questions-réponses de Me Diop avec les magistrats de la CREI, les avocats des accusés et ceux de la partie civile, à savoir l’Etat du Sénégal.

"C’est Karim Wade qui m’a recommandé des personnes pour la constitution de ces sociétés", a dit la notaire, selon Le Quotidien, à l’un avocat des mis en cause.

"Oui, c’est bien Karim Wade", a-t-elle répondu à la question de savoir si c’est l’ancien ministre qui a donné le nom de la société AHS lors de sa constitution.
"Je n’ai jamais dit que c’est Karim Wade qui a créé les sociétés. Il m’a recommandé des individus et je ne voyais pas de risques pour créer ces sociétés", ajoute Me Diop.

La nuance de ces réponses font croire au Quotidien que "le témoin (Me Diop) répond avec flou et imprécision" aux questions relatives aux "lieux, dates et personnes" concernant la société AHS.

Walfadjri s’intéresse à ce procès qu’il aborde sous un autre angle : le refus de la CREI de renvoyer le procès, en raison de l’absence d’Ibrahim Khalil Bourgi, évacué en France pour se soigner. "Les avocats de Karim Wade buttent sur l’intransigeance de la CREI", écrit-il, en expliquant que "la Cour s’oppose au renvoi du procès, malgré l’absence de Bibo" – le surnom d’Ibrahima Khalil Bourgi.

Le procès de Karim Wade et ses présumés complices d’enrichissement illicite portant sur 117 milliards de francs CFA a repris lundi, après une suspension de plusieurs jours.

ESF/ASG

Lu 95 fois

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 6

MAGAZINE TV SUR LES ENTREPRISES AU SENEGAL | Agences-Directions | Marketing | Communication | Management | Vente | Ressources Humaines | Formation | Exportations | Environnement des entreprises | Espace salariés | Genre-Entreprenariat féminin | Contributions | Responsabilité sociétale des entreprises | Assurances | Politique | Société | Médias § People | Sports | Web TV | International | EnglishNewsMag


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30