Inscription à la newsletter.Restons en contact


Recherche

Responsabilité sociétale des entreprises

RSE et développement durable : Le réseau des journalistes en environnement prêt à accompagner la Sonatel

Convention SGO/Communes de Khossanto et de Sabodala : 600 millions FCFA pour des infrastructures

RSE Réparation du préjudice causé par le 3e tronçon Diamniadio-Aibd : Le village de Yam bénéficie d’une école et des moulins

Mamadou Talla préconise une connexion formation-secteurs prioritaires

Industries extractives: atelier sur la responsabilité sociétale des entreprises, lundi


Adama Gaye : "Les Etats africains ne sont pas près de s'effacer pour laisser la place à un leadership continental"



Dakar, 29 mai (APS) - Les Etats africains ne sont jusque-là pas prêts à "s'effacer pour laisser la place à un leadership continental" capable de déboucher sur un Etat fédéral, estime le journaliste sénégalais Adama Gaye.

Comme "dans les années 1960, quand le nationalisme [...] était la chose la mieux partagée", il faut se rendre compte qu'"aujourd'hui encore, l'Etat-nation n'est pas près de s'effacer pour laisser la place à un leadership continental", affirme Gaye dans une interview publiée mercredi par le quotidien Le Soleil.

Interrogé sur le cinquantenaire de l'ex-Organisation de l'unité africaine (OUA) célébré dimanche et lundi à Addis-Abeba (Ethiopie), il estime que "beaucoup de ses interventions dans la promotion de la paix restent des missions non-accomplies".

L'OUA est devenue Union africaine (UA), depuis 2002.

L'instabilité politique actuelle "en République démocratique du Congo, au Soudan ou au Mali" est la preuve de ces "missions non-accomplies", selon Adama Gaye, diplômé du Centre d'études des sciences et techniques de l'information (CESTI) de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et de plusieurs universités européennes.

Il met cependant à l'actif de l'ex-OUA "deux réalisations majeures, à savoir la contribution à la décolonisation complète du continent et le démantèlement de l'apartheid", le système politique de ségrégation raciale ayant prévalu en Afrique du Sud jusqu'en 1994.

L'OUA a eu "aussi des normes connues de tous, notamment la non-interférence dans les affaires intérieures des Etats membres et le respect des frontières héritées de la colonisation", a-t-il rappelé. Mais, a-t-il relevé, "l'UA, qui a hérité de cela, n'en a pas fait le meilleur usage".

Adama Gaye reproche à l'UA d'avoir "laissé le soin à d'autres, l'ONU, la France, les Etats-Unis d'Amérique et l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) par exemple, d'intervenir dans des brûlots africains, en Côte d'Ivoire, en Somalie ou en Libye".

Gaye, auteur d'un essai sur les relations sino-africaines publié chez L'Harmattan en 2006, "Chine-Afrique : le dragon et l'autruche" (294 pages), signale que la "norme" sur l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation a été bafouée.

"Après le Sud-Soudan, on peut se demander quel autre Etat-nation va faire les frais des forces centripètes à l'œuvre sur le continent", a-t-il averti.

"En somme, a-t-il constaté, le chantier de l'UA reste immense, son action minime, voire dérisoire", au moment où "les populations observent avec une certaine moue ses gesticulations sans effets effectifs sur leur quotidien".

ESF/BK

Lu 43 fois

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12

MAGAZINE TV SUR LES ENTREPRISES AU SENEGAL | Agences-Directions | Marketing | Communication | Management | Vente | Ressources Humaines | Formation | Exportations | Environnement des entreprises | Espace salariés | Genre-Entreprenariat féminin | Contributions | Responsabilité sociétale des entreprises | Assurances | Politique | Société | Médias § People | Sports | Web TV | International | EnglishNewsMag


L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31