AFP L'antisèche Bayern-Atlético : La meilleure équipe d’Europe, c’est l’Atlético (et de loin)

LIGUE DES CHAMPIONS – Après avoir sorti le FC Barcelone au tour précédent, l'Atlético s'est payé le Bayern Munich en demie. Ce parcours et la manière avec laquelle les Colchoneros ont passé ces obstacles font de la troupe de Diego Simeone la référence européenne aujourd'hui. Ses demi-finales aller et retour en sont une nouvelle preuve.



Le jeu : Le Bayern n'en a pas assez profité

Le Bayern a laissé passer sa chance. Au cours d'une première période largement dominée, les Allemands auraient dû faire la différence. L'Atlético s'est laissé marcher dessus en se montrant incapable de ressortir les ballons et en cédant face à pression allemande. Après la pause, l'entrée de Carrasco à la place de Fernandez a rééquilibré les débats et Madrid s'est remis à l'endroit. Après la pause, la physionomie n'a pas tellement changé et le Bayern n'a pas subitement relâché son étreinte. Mais sur chaque récupération, l'Atlético a fait frémir l'Allianz-Arena. Et c'est sur l'une d'elles que Boateng, Vidal et Alonso se sont jetés dans la gueule du loup. Griezmann a filé dans leur dos pour envoyer l'Atlético au paradis.

Les joueurs : Immense Griezmann, décisif Oblak L'Atlético, c'est d'abord une rigueur collective à vous faire dérailler n'importe quel cador. Mais au cœur de cette fabuleuse machine, deux individualités ont porté le collectif ce mardi. D'abord Antoine Griezmann. Sa technique a rendu fou ses gardes du corps, son sang-froid et son sens du but ont fait basculer la rencontre. Oblak, lui, en stoppant un penalty et en y ajoutant deux petits miracles, a maintenu les siens au moment où cette demi-finale semblait leur échapper. Coupable sur l'ouverture du score, Gimenez a concédé un penalty trois minutes plus tard. Une première période cauchemardesque.
Côté Bayern, comme à l'aller, Alaba a souffert. C'est lui qui a laissé filer Griezmann sur le but qui change tout. Devant, Douglas Costa n'a rien réussi. Pas plus que Kingsley Coman, très brouillon dans une fin de match qui réclamait beaucoup de justesse et de maîtrise de ses émotions. Sur l'autre aile, Ribéry a eu le mérite de secouer le cocotier. S'il n'a pas toujours eu le geste juste, l'ailier gauche est impliqué sur le but de Lewandowski. Son activité a donné le la au Bayern.

Ce qui aurait pu tout changer : Et si Müller n'avait pas raté son penalty… 34e minute : le Bayern vient de forcer le verrou grâce à Xabi Alonso. Trois minutes plus tard, Müller peut couler l'Atlético sur penalty. Les Madrilènes ne mettent plus un pied devant l'autre, le Bayern va matérialiser au score sa domination et prendre les rênes de cette double confrontation. Sauf qu'Oblak part du bon côté. Le Bayern ne sera jamais virtuellement qualifié et Griezmann enterrera ses espoirs.

http://www.eurosport.fr/

Lu 52 fois

MAGAZINE TV SUR LES ENTREPRISES AU SENEGAL | Agences-Directions | Marketing | Communication | Management | Vente | Ressources Humaines | Formation | Exportations | Environnement des entreprises | Espace salariés | Genre-Entreprenariat féminin | Contributions | Responsabilité sociétale des entreprises | Assurances | Politique | Société | Médias § People | Sports | Web TV | International | EnglishNewsMag | Immobilier


L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30